vendredi 11 avril 2014

A la découverte de Pâques

Hé oui, Pâques approche à grand pas et donc les vacances aussi.
Il faut savoir qu’à la base, Pâques est la plus importante fête chrétienne. En effet, elle célèbre la résurrection de Jésus-Christ.
Mais Pâques peut aussi être synonyme de : œufs, lapins en chocolat, chasse aux œufs et j’en passe.
Chaque année vous vous demandez peut-être ce que vous pourriez bien faire pendant les vacances de Pâques. Figurez-vous qu’en cliquant sur ce lien, vous découvrirez : des offres, des activités à faire, des recettes de Pâques et surtout un programme de 72 heures à effectuer durant cette période.
De plus, grâce à ce lien, vous aurez la possibilité de participer à notre concours de Pâques !
Pour ma part, lorsque j’étais petite, j’adorais faire les chasses aux œufs organisé par le Lapin de Pâques.
Que de bons souvenirs !
Et vous ? Avez-vous également un coup de cœur pour Pâques ?
Je vous souhaite de belles découvertes dans le canton de Fribourg et vous souhaite de belles fêtes de Pâques !


Malvina


vendredi 4 avril 2014

Francomanias

Rendez-vous musical incontournable de Suisse romande, les Francomanias de Bulle auront lieu du 27 au 31 mai 2014.
La programmation propose uniquement des artistes francophones, même si la lecture du programme permet d’en douter : Ben L’Oncle Soul, BB Brunes, BaliMurphy, Keziah Jones…. ça sonne plutôt anglophone tout ça ?
Et bien oui, artistes francophones ne veut pas forcément dire variété française. C’est dans cet esprit que le festival réunira durant cinq jours 28 groupes de musique actuelle à la croisée de la chanson, du rock, de la pop, du folk, du funk et de la soul.
Un beau programme en perspective que je vous laisse découvrir sur www.francomanias.ch


Christiane Delabays

vendredi 28 mars 2014

Den Winter (dank den neuen Videos) nochmals (mit)-erleben



Der Winter ist bald vorüber und die Bergbahnen im Kanton sind bereits fast alle geschlossen (ausser Schwarzsee, dort kann man dieses Wochenende nochmals die Pisten runter flitzen). Wir wollen nochmals ein bisschen in Erinnerungen an diesen wunderbaren Winter schwelgen… 


Ein rundum preiswertes Angebot macht FRIBOURG REGION zum beliebten Winterparadies mit sicheren Skigebieten, charmante Berghütten und traumhaften Schneeschuhmöglichkeiten.

Wie aber kann man die Winterorte vom Kanton Freiburg den Touristen so richtig schmackhaft machen? Heutzutage geht dies am besten mit Videos. Aus diesem Grund haben wir in Zusammenarbeit mit den Destinationen und unserem „Videomacher“ (Rolf Dietrich) neue Wintervideos in HD-Qualität gedreht.  
Die Drehtage waren spannend und versprechen GROSSES. Aber schaut am besten gleich selber mal rein: 

Schwarzsee
Skiparadies der Sonderklasse
https://www.youtube.com/watch?v=noglrMp-mYk
 
Charmey
Top-Erholungsgebiet im Winter

Jaun
Kleiner Geheimtipp der GROSSES verspricht

Les Paccots
Schneeschuhlaufen par excellence


Welches Video gefällt euch am besten?
La Berra und Moléson haben wir nicht vergessen. Diese werden im kantonalen Video vorgestellt. Aber auf das kantonale Video von FRIBOURG REGION müsst ihr euch noch etwas gedulden. Dieses wird erst im Herbst veröffentlich. Sei gespannt! 
Falls du vom Winter bereits die Nase voll hast, kannst du dich getrost auf den Frühling freuen. Wir haben dir hier unsere besten Frühlings-/Oster-Vorschläge zusammengestellt: 

Melanie Schmutz 


vendredi 21 mars 2014

Découvrez les «Ponts de Fribourg » en chanson !

En octobre 2014, nous aurons la chance de participer à l’inauguration du Pont de la Poya, magnifique chef-d’œuvre du 21ème siècle. En effet, si je ne me trompe pas, vers 1884, on nous annonçait déjà la création d’un nouveau pont à Fribourg. Je n’étais pas encore née à cette époque, mais depuis toujours, j’ai entendu parler de ce fameux projet.

La CREATION MUSICALE « PONTEO » c’est aussi un « Pont », c’est aussi, un « Bonjour », un « clin d’œil », un « partage » ! M. Pierre Huwiler, compositeur fribourgeois, neveu de feu l’abbé Pierre Kaelin, aura sous sa direction LE GRAND CHŒUR, UN MUR DE 400 chanteurs (dont je fais partie), 50 musiciens et six solistes, parmi eux l’incontournable musicien et chanteur fribourgeois Gustav.
Le spectacle aura lieu les 20, 21, 22 & 23 NOVEMBRE 2014 à Forum Fribourg et les chants seront principalement en français, avec de nombreux passages en allemand et quelques paroles en « Bolze ».

Vous qui aimez FRIBOURG REGION, Fribourg ville …  son petit lutin Hubert Audriaz … qui aimez parcourir ses ponts, passer à travers ses cultures … sachez que ses ponts reliant merveilleusement la musique et la chanson vous transporteront dans un autre univers.
Venez nombreux découvrir cette cité des Zaehringen et ce spectacle musical parmi les plus grandioses de ces 20 dernières années.
Prix unique : CHF 65.- (place numérotée, vestiaire et parking inclus). Billetterie ouverte dès le 17.03.2014 auprès de Fribourg Tourisme, tél. 026 350 11 11
Pour plus d’informations : Manifestation // www.ponteo.ch

Maria Muniz

vendredi 14 mars 2014

Les ateliers chocolat à Fribourg

Et oui, les fêtes de Pâques approchent à grands pas et l’envie de chocolat se fait ressentir n’est-ce pas ? Que diriez-vous d’une activité qui vous permet de préparer ce moment comme il se doit en confectionnant vos propres chocolats ? Alors laissez-vous tenter par les différents ateliers chocolat de la région de Fribourg…
Atelier-chocolat en Basse-Ville de Fribourg :
John Lehmann et son épouse Regula vous proposent des produits simples mais d’excellente qualité. Leur philosophie est de miser sur la fraîcheur et la maîtrise du goût. Vous avez la possibilité de suivre des « Ateliers-pratiques avec le tablier », des « Séminaires avec dégustation » ou pour les enfants un « Atelier créatif » où ils pourront confectionner un petit personnage en chocolat et massepain.
Atelier création chocolat de la Boulangerie Saudan :
Gérald et Margrit Saudan vous invitent à prendre part à une réelle expérience autour du chocolat. A travers cet « Atelier création chocolat » vous pourrez visiter l’entreprise, découvrir l’histoire du chocolat, apprendre la différence entre un grand cru et un chocolat industriel tout en préparant et utilisant du chocolat.
Ateliers du chocolat à la Maison Cailler :
La Maison Cailler vous propose un grand choix d’ateliers autours du chocolat : « Les Rochers Cailler », « Mon lapin de Pâques », « Mon praliné Fémina », « Truffes fondantes » et bien d’autres encore. Vous pourrez confectionner vos propres créations tout en étant guidé par un chocolatier Cailler. En plus des chocolats que vous aurez conçus, vous repartirez avec d’innombrables souvenirs.
 Pour plus d’informations : http://cailler.ch/maison-cailler/ateliers-du-chocolat/



Célia Chenaux

vendredi 28 février 2014

D’ou vient le dzaquillon gruèrien ?


Le canton de Fribourg est une région riche en histoire et en traditions. Certaines sont encore en vogue aujourd’hui, notamment dans le district de la Gruyère, situé au sud du canton. Chaque année, lors de fêtes ou rassemblements, on peut voir déambuler dans les rues de Bulle et des villages avoisinants des femmes revêtues d’une robe et d’un tablier traditionnel appelé « dzaquillon », tandis que les hommes portent un gilet et un pantalon assortis, le fameux « bredzon ».  

D’où viennent donc ces costumes ? Contrairement aux dires populaires, ce ne sont pas des vêtements portés depuis toujours au sein du peuple gruérien. Tout a commencé au XXe siècle, plus précisément en 1928, date de la création de l’Association gruérienne pour les costumes et les coutumes (AGCC). A cette époque, le conservateur du Musée gruérien Henri Naef « part en croisade pour défendre – ou réinventer les traditions gruériennes ». En effet, durant l’entre-deux guerres, l’on s’aperçoit que « les paysans cessent de porter le vêtement de leur région de manière spontanée ». L’habit devient alors costume, symbole d’identité régionale que l’on exhibe lors de représentations. Henri Naef porte lui-même le bredzon et milite pour que les hommes se vêtent du complet d’armailli (vacher qui fabrique le gruyère à l’alpage) le dimanche. En revanche, « il est interdit aux dames et aux messieurs de revêtir le costume dans les mascarades et en toute circonstance incompatible avec la dignité qu’il mérite. » En bref, le port du bredzon est considéré comme un honneur.

L’on cherche alors un costume pour femme qui irait avec cette tenue. Les premiers groupes féminins de l’AGCC portent des robes du dimanche faites de soie noire, mais ce vêtement cher – la soie est également difficile à trouver – n’est pas adapté pour être vêtu par tout un groupe. « En plus, il s’accorde mal avec le bredzon, habit de travail qui symbolise le patriotisme et l’amour du travail de la terre ».

Au XIXe siècle et jusqu’à l’arrivée du pantalon dans la mode féminine, la robe est avant tout un marqueur féminin régi par un code vestimentaire non écrit mais bien perceptible. Il existe alors deux types de robes : celles de cérémonie, en soie, pour les dames élégantes et celles lourdes en laine ou coton pour les campagnardes.

C’est de cette dernière que s’inspirera le dzaquillon, un costume de faneuse aux couleurs chatoyantes. Il est composé de quatre pièces : une robe qui s’ouvre au milieu et par-dessus laquelle l’on met un tablier épinglé sur le haut de la poitrine. Sous la robe l’on porte un chemisier à manches courtes bouffantes. Enfin, un foulard complète le costume, couvrant le décolleté de la robe. Ces tenues sont encore portées de nos jours par les Gruyèriens, lors de rassemblements, comme la désalpe, la Bénichon, la Poya et de célébrations.

Noa

Sources :

      Dutoit, Christophe. ‘En 1928, la Gruyère ‘inventa’ son costume traditionnel’. La Gruyère le journal du sud fribourgeois. Edition du jeudi 17 oct. 2013. <http://www.lagruyere.ch/2013/10/en-1928-la-gruyère-«inventa»-son-costume-traditionnel.html>. Retiré le 22 fév. 2014.-          
       Raboud-Schüle, Isabelle. ‘La robe comme monument. Quand le vêtement dictait sa forme au corps’. Dress Code. Le vêtement dans les collections fribourgeoises. Hier + jetzt, ed. 2013. pp. 105-115.


 


vendredi 21 février 2014

Balade nocturne en raquettes aux Vuipays

La raquette à neige c’est sympa mais ça l’est encore plus à la nuit tombée ! Surtout quand on sait qu’il y a une petite récompense en haut…La fameuse fondue ou autre spécialités régionales ! Et bien entendu la descente en bob pour ceux qui le souhaitent.
Idéal à faire en groupe à la tombée de la nuit, le parcours vous emmène tout d’abord dans la forêt avant d’arriver dans les pâturages et enfin d’apercevoir le chalet du Vuipay! Comptez 1h30 de montée depuis le parking du pont de la Cascade en suivant le balisage « caquelons » (sentier N° 8).
Arrivé au sommet, vous avez la possibilité de déguster des spécialités de la région comme par exemple la fondue Vacherin ou moitié-moitié, croûte au fromage, soupe, etc.
Une fois rassasié, pourquoi ne pas tenter la descente en bob ? Fous rires garantie ! Par contre, pensez à prendre une lampe frontale, toujours plus pratique pour « guider » le bob dans la nuit ! La location du bob se fait au chalet du Vuipay pour le prix de CHF 5.-.
Pour ceux qui désirent monter de jour aux Vuipays, plusieurs parcours sont possibles depuis le parking du pont de la Cascade. Une autre alternative plus courte est aussi réalisable depuis le parking de la Cuva
Plus d’infos :

Buvette Le Vuipay : Tel. +41 (0)21 948 04 32



Léonie Chenaux


vendredi 14 février 2014

Sur le Chemin de St-Jacques (de Schwarzenburg à Romont)

Une belle aventure que le Chemin de St-Jacques m’a apporté. Un départ tôt le matin de la gare de Fribourg, en bus pour Schwarzenburg, afin de prendre le départ de l’étape officielle du Chemin de St-Jacques de Compostelle. Un début de marche dans la neige, entre crissements de chaussures et glissades sur la glace. A St-Antoni, une petite halte s’impose pour découvrir ce super « Bauernladen » qui nous aurait permis, si nous avions trouvé un banc sec, d’y acheter notre pique-nique du terroir. www.schwallers.ch Pour cette fois, nous continuons notre route jusqu’à Tafers, tout en découvrant animaux et paysages grandioses. Une course folle de biches à l’orée de la forêt nous laisse pantoises.
Suite de l’aventure, après le repas pour reprendre des forces, nous arrivons sur les hauts du Schoenberg pour ensuite redescendre vers la Vieille Ville avant de revenir à la case départ, la gare de Fribourg. Et oui, il est déjà 16h00 mais nous devons encore nous encourager pour arriver au Bed&Breakfast, la Maison des Anges, à Froideville. www.maison-des-anges.ch Elle nous apparaît comme un songe, dans le crépuscule, après une dernière montée depuis le pont de Ste-Appoline.
Une belle soirée de partage avec les propriétaires des lieux avant un dodo réparateur. Le lendemain, il faut réchauffer les articulations et s’encourager à partir dans un décor un peu maussade, il faut l’avouer. A Posat, le serveur nous encourage dans notre périple (double ration de chocolats avec le café).
Un joli chemin découvert dans la forêt pour rejoindre Autigny où la pause de midi est la bienvenue. Heureusement, le soleil revient pour nous motiver à reprendre la route vers Romont. Une longue route entre Chavannes sous Orsonnens et Romont finit de nous couper nos dernières forces.

C’est fait, nous avons réussi notre initiation au Chemin de St-Jacques : une superbe expérience, beaucoup de partage et une joie nous parcourt à notre retour en train vers Fribourg. A quand la suite ? www.jakobsweg.ch
Découvrez prochainement un forfait « pèlerins » sur notre site internet. En attendant, d’autres forfaits sont déjà réservables pour découvrir FRIBOURG REGION. 


Anne

vendredi 7 février 2014

La Berra & Jaun : nouvelles installations

C’est par des journées bien ensoleillées que – enfin - j’ai testé les récentes installations des remontées mécaniques de la Berra et du Jaun.

La nouvelle installation comprend 80 sièges à 4 places et 10 cabines de 8 places qui permettent de rejoindre le sommet de la station en moins de 8 minutes, hiver comme été.


A l’arrivée du télésiège, le sommet de la Berra est tout proche. On y voit de nombreux randonneurs en peaux qui y accèdent.

A défaut d’atteindre le sommet, je préfère nettement apprécier le super paysage sur le lac de La Gruyère, que l’on découvre une fois sur la piste.
A la Berra, il est également possible de faire de la raquette. 3 sentiers sont balisés à cet effet.



Le Gastlosen Express 

A Jaun, le nouveau télésiège est en fonction depuis 2011 mais pour moi, c’était une première ! 

Depuis le parking, petite spécialité, il faut d’abord se munir de son abonnement avant d’aller en direction du Télésiège.


Super, comme c’était un mardi, j’ai pu bénéficier de l’action du mois de janvier « mardi et jeudi, carte journalière à Fr 20.-. Là aussi le paysage est magnifique.

Depuis peu, une piste de luge de 6 km a été inaugurée. La plus longue du canton. Une véritable attraction. L’avez-vous testée ?

Faites-nous part de vos expériences …

Pour toutes les stations des Alpes fribourgeoises, vous pouvez vous renseigner sur les conditions d’enneigement grâce au bulletin journalier émis par les stations elles-mêmes.




Corinne Bovet

vendredi 31 janvier 2014

Le ranz des vaches - Le Lyoba

 « Lyoba » formule magique, qui à sa simple énoncée suscite l’émotion de tout un peuple même au-delà des frontières fribourgeoises. Cette hymne n’a pas d’origine connue, mais une légende dit que déjà au 18ème siècle les jeunes hommes gruériens, recrutés dans la garde suisse des rois de France avaient le vague à l’âme en entendant cette mélodie. Si bien, qu’ils désertaient ou avaient le mal du pays. C’est pourquoi, il fut interdit de chanter le ranz des vaches sur les champs de bataille sous peine de mort.
Une autre légende (à découvrir grâce à ce lien) raconte que François, jeune armailli, fût visité par trois géants qui lui proposèrent trois jattes. Dans la première se trouvait un liquide qui rendrait le jeune homme très fort et très puissant, la deuxième lui offrirait beaucoup d’or et d’argent. Tandis que la dernière était un chant qui lui ferait gagner le cœur de chaque habitant de la Haute et Basse Gruyère ainsi que dans tout le pays. Le jeune François étant fort amoureux d’une belle n’hésita pas et choisi la troisième jatte.
Lorsque des chanteurs se mettent à fredonner cet air, il n’est pas rare que tout un chacun clame également ces paroles. Mais qu’en est-il de la signification de ces mots patois ?! Ce chant raconte la vie à l’alpage et plus précisément une désalpe. « Lyoba » provient du verbe patois ayôba por ario qui signifie « appeler le bétail pour traire ». Aujourd’hui encore, cette mélodie résonne fréquemment, notamment lors de la fête des vignerons à Vevey, et fait la fierté des fribourgeois. La version actuelle a été arrangée par l’Abbé Bovet et en voici la traduction :

TITRE DU CHANT EN PATOIS:
Lè j’armayi di Kolonbètè

TITRE DU CHANT EN FRANCAIS:
Le Ranz des Vaches


in patê gruvêrin
en français
1
Lè j’armayi di Kolonbètè
Dè bon matin chè chon lèvâ.

Les armaillis des Colombettes
De bon matin se sont levés.

2
Kan chon vinyê i Bachè j’Ivouè
Tsankro lo mè! n’an pu pachâ.

Quand ils sont arrivés aux Basses-Eaux
Le chancre me ronge! Ils n'ont pu passer.

3
Tyè fan no ché mon pouro Piéro?
No no chin pâ mô l’inrinbyâ.

Pauvre Pierre, que faisons-nous ici?
Nous ne sommes pas mal embourbés

4
Tè fô alâ fiêr a la pouârta,
A la pouârta dè l’inkourâ.

Il te faut aller frapper à la porte,
A la porte du curé.

5
Tyè voli vo ke li dyécho?
A nouthron brâvo l’inkourâ.

Que voulez-vous que je lui dise
A notre brave curé.

6
I fô ke dyéchè ouna mècha
Po ke no l’y pouéchan pachâ.

Il faut qu'il dise une messe
Pour que nous puissions passer

7
L’y è j’elâ fiêr a la pouârta
È l’a de dinche a l’inkourâ:

Il est allé frapperà la porte
Et il a dit ceci au curé:

8
I fô ke vo dyécho ouna mècha
Po ke no l’y puéchan pachâ.

Il faut que vous disiez une messe
Pour que nous puissions passer

9
L’inkourâ li fâ la rèponcha:
Pouro frârè che te vou pachâ,

Le curé lui fit sa réponse:
Pauvre frère, si tu veux passer

10
Tè fô mè bayi ouna motèta
Ma ne tè fô pâ l’èhyorâ.

Il te faut me donner un petit fromage
Mais sans écrémer le lait.

11
Invouyi no vouthra chèrvinta
No li farin on bon pri grâ.

Envoyez-nous votre servante
Nous lui ferons un bon fromage gras.

12
Ma chèrvinta l’è tru galéja
Vo porâ bin la vo vouêrdâ.

Ma servante est trop jolie
Vous pourriez bien la garder

13
N’ôchi pâ pouêre, nouthron prithre,
No n’in chin pâ tan afamâ.

N'ayez pas peur, notre curé
Nous n'en sommes pas si affamés

14
Dè tru molâ* vouthra chèrvinta
Fudrè èpè no konfèchâ.

De trop "moler" votre servante
Il faudra bien nous confesser

15
Dè prindre le bin dè l’èlyije
No ne cherin pâ pèrdenâ.

De prendre le bien de l'Eglise
Nous ne serions pas pardonnés

16
Rètouârna t’in mou pouro Piéro
Deri por vo on’Avé Maria.

Retourne-t'en, mon pauvre Pierre
Je dirai pour vous un Ave Maria.

17
Prou bin, prou pri i vo chouèto
Ma vinyi mè chovin trovâ.

Beaucoup de biens et de fromages vous souhaite
Mais venez souvent me trouver.

18
Piéro rèvin i Bâchè j’Ivouè
È to le trin l’a pu pachâ.

Pierre revient aux Basses-Eaux
Et tout le train a pu passer

19
L’y an mè le kiô a la tsoudêre
Ke n’avan pâ la mityi aryâ.

Ils ont mis le kio à la chaudière
Avant d'avoir à moitié trait

R

E

F
R
A
I
N


Redzingon
1-3-5-7-9-11-13-15-17-19: Lyôba, lyôba, por aryâ (bis). Vinyidè totè, byantsè, nêre, Rodzè, mothêlè, dzouvenè ôtrè,
Dèjo chti tsâno, yô vo j’âryo, Dèjo chti trinbyo, yô i trintso, Lyôba, lyôba, por aryâ (bis).

Refrain
1-3-5-7-9-11-13-15-17-19: Lyôba (appel des vaches) pour traire (bis).
Venez toutes, les blanches, les noires,
les rouges, les étoilés sur la tête les jeunes, les autres,
Sous ce chêne où je vous traie,
sous ce tremble où je fabrique le fromage, Lyôba, lyôba, pour la traite (bis).


Sources : Albert Bovigny, tiré du site www.lyoba.ch

Carina